Tout ce qu'il faut savoir avant de reprendre un site ecommerce

Avant de reprendre un site ecommerce il est primordial de comprendre comment se déroule une reprise de site internet !

Ecrit par Marie-Laure Blasquez, 14 octobre 2021

#reprise
#checklist
Tout ce qu'il faut savoir avant de reprendre un site ecommerce

Se lancer dans la vente en ligne grâce à la reprise d’un site déjà rentable attire de plus en plus de particuliers. Pas très étonnant, les avantages de la reprise sont nombreux ! Néanmoins, réussir la reprise d’un site e-commerce ou autre e-business ne s’improvise pas.

Sommaire :

L’achat de business digital : comprendre le marché

Le marché de l’achat / revente d’entreprises digitales (sites internet marchands ou de contenus, SaaS, etc.) se structure en France depuis plusieurs années. Il est déjà très développé outre-Atlantique, aucun doute que la tendance va prendre rapidement chez nous aussi !

La Pandémie COVID-19 a bien entendu renforcé la tendance avec une explosion des ventes en ligne et donc un attrait de plus en plus forts pour entreprendre en ligne (1 site ecommerce créé toutes les 20 minutes !).

🔥 Notre conseil : profitez-en tant que la reprise de sites est encore niche.

Il existe plusieurs types d’entreprises digitales, dont les sites ecommerce font partie. Les principaux sont :

  • Les sites ecommerce / sites marchands : ce sont des commerces en ligne avec les mêmes
  • caractéristiques qu’un business traditionnel (choix des produits, gestion des stocks, envoi, SAV, …)
  • Les marketplace / places de marché : qui permettent à des acheteurs et des vendeurs de se rencontrer sans que chaque vendeur ait son site marchand (ex : Amazon, ManonMano, …)
  • Les sites de dropshipping : les produits sont directement envoyés par le revendeur au client, sans transiter par le gérant de la boutique. Il s’agit quelque part un peu d’une marketplace cachée (le client ne sait pas que vous ne vous occupez pas des produits). Ce type de business est tentant étant donné qu’ils ne demandent pas trop de temps, mais attention les marges sont souvent très basses
  • Les sites de contenus (médias, blogs, ..) : ce sont des sites qui vont générer un nombre important de visites et monétiser ces visites (principalement : par l’affiliation, par la publicité, par la vente d’articles ou de liens)
  • Les SaaS (« Service As A Software »): ce sont des logiciels accessibles via le web et qui fournissent un service, la plupart du temps récurrent et donc générant un abonnement (Mailchimp, Trello, Canva, Slack, Dropbox, Calendly, Shopify, …)
  • Les applications : bon je n’entrerai pas dans le détail a priori vous en avez assez sur votre smartphone 😉 ce qui est intéressant ici c’est de noter qu’il existe énormément de business models différents (paiement pour télécharger l’application, comptes premium, abonnements, vente de produits, …)
  • Les newsletters, podcasts, chaînes youtube… : nous ne pourrons pas entrer dans le détail de chaque business en ligne, mais ils sont nombreux !

La source de revenus et le mode de gestion va être ce qui les différencie principalement : publicité, abonnement, achats de produits, commission, ..

Un site se vend en général autour de 2x à 3x ses revenus annuels nets des charges courantes. Ce chiffre variera selon le type d'ebusiness (SaaS, ecommerce, dropshipping, ..) mais aussi de la qualité de l'entreprise. On rentre plus dans le détail de la valorisation au sein de cet article.

Les questions à se poser avant de se lancer dans l'achat d'un site ecommerce

Un peu de préparation s’impose.

Il vous faudra faire des choix en amont :

  • Définir ce que vous souhaitez reprendre
  • Définir votre budget
  • Définir votre timeline

Définir ce que vous souhaitez reprendre

Il s’agira de bien définir votre projet :

  • Quelle taille d’entreprise recherchez-vous ?
  • Avec des employés ou non ?
  • Dans quel secteur ?
  • Avec quel type de business model ? (ecommerce, dropshipping, ..)
  • Visant quelle cible ? (B2B, B2C, ..)
  • Implantée sur une géographie particulière ou gérable entièrement à distance ?
  • En croissance ou en difficulté ?
  • Combien de temps voulez-vous allouer par semaine à la gestion de cette entreprise ?

La reprise est un excellent moyen pour entreprendre en minimisant les risques, encore faut-il bien avoir en tête quel type d’entrepreneur vous souhaitez être !

Définir votre budget

On ne se lance pas dans une reprise sans avoir abordé ce point.

Quel sera le montant de votre apport ? En général, une reprise peut être financée à 70% par un emprunt bancaire. Vous pouvez donc calculer le montant visé pour une reprise. Faites tout de même attention : beaucoup de banques sont frileuses vis-à-vis des e-business. Il faut donc se renseigner en amont auprès de votre banque pour confirmer qu’elle pourra vous suivre.

Sachez aussi qu’il existe de nombreuses solutions pour racheter une entreprise sans apport ! Plusieurs de nos clients l’ont fait avec brio. Prenez donc le temps de jeter un œil à ces différentes solutions de financement sans apport.

Définir votre timeline

Quand souhaitez-vous vous lancer ? Il est important de savoir quand vous serez prêt.

Tout comme une recherche immobilière, trouver la perle rare peut prendre du temps. Par contre, une fois qu’elle est trouvée, tout peut aller très vite. Il faut donc que vous soyez au clair avec le repreneur sur le délai (s’il y en a un) que vous souhaitez avoir avant une reprise effective de l’entreprise.

Comment trouver un site à racheter ?

Sachez que rechercher un site internet rentable intéressant peut prendre du temps. Il existe de nombreuses plateformes d’annonces, sans qu’aucune ne soit vraiment leader sur le marché. Nous vous conseillons d’aller les voir régulièrement (fusacq, ebusiness-en-vente, ventedesite.fr, etc.) et d’aller aussi voir les annonces publiées par les différents intermédiaires (Storybee, Vente2site, ..). Ces aller-retours peuvent être assez chronophages, définissez en amont à quelle fréquence vous souhaitez faire votre veille.

Consulter nos annonces

🤫 Néanmoins, tout cela vous donnera uniquement accès aux annonces publiques. Sachez que l’on estime à environ 70% les ventes faites en « off » c’est-à-dire en dehors de toutes annonces. Cherchez donc à vous faire connaître des principaux intermédiaires pour être prévenu en amont. Sur Storybee il existe une alerte personnalisée que vous pouvez activer en quelques clics ici.

Enfin, sachez qu’il existe une solution « premium » : vous pouvez déléguer votre veille. C’est-à-dire que l’on va chercher directement les opportunités pour vous. Pas mal, non ?

Vérifier la qualité d'un site internet

C’est bon, à ce stade vous avez trouvé un site qui pourrait vous intéresser. Comment faire ? Le terme de « due diligence » peut sembler un peu barbare mais veut dire tout simplement que vous allez auditer le site internet.

Pas de panique, si vous ne savez pas comment vous y prendre, on peut s’en charger pour vous. Il va s’agir de s’assurer que ce que vous a présenté le vendeur est vrai et de s’assurer de comprendre parfaitement le business et le site.

Une anecdote que je trouve intéressante : cette youtubeuse a acheté un site internet via une plateforme nommée Flippa. Surprise ! Lorsqu’elle a commencé à gérer le site : plus aucun produit n’était disponible auprès des fournisseurs ! Le site n’était absolument pas à jour. Ça semble assez dingue non ? 😱

L’objectif est ici d’éviter ce genre de déconvenues justement ! Voyons ensemble comment il faut procéder.

  • Recueillir l’ensemble des informations nécessaires pour auditer techniquement et financièrement le site
  • S’assurer que les réponses sont vraies en demandant et vérifiant systématiquement les justificatifs

On rentre dans le détail de cette démarche dans cet article qui contient les points à vérifier avant d’acheter un site internet.

💡 A savoir : pour effectuer cette due diligence, il vous sera très certainement demandé de signer un accord de confidentialité (vous ne pourrez pas révéler à autrui ce que vous savez ou utiliser ces renseignements à des fins personnelles ou professionnelles, ou vous approprier ce qu'il vous a dit) et/ou une lettre d’intention (l’équivalent d’un compromis de vente en immobilier – ce qui permet au cédant d'être sûr que vous êtes vraiment sérieux dans votre démarche) ! C’est tout à fait normal, le cédant va chercher à protéger des informations qui peuvent être confidentielles.


🔥🔥🔥 BONUS : On vous a un peu mâché le travail sur cette partie en vous préparant les 50 questions incontournables à poser à un cédant.


Contractualiser un rachat de site

Nous arrivons ici à une partie cruciale : la négociation. Bien entendu, comme toute vente, vous pourrez négocier. Néanmoins soyez vigilants car il y a peu de très bonnes opportunités, elles sont donc prisées ! (environ 10 repreneurs pour 1 cession)

Il y aura plusieurs points à définir avec le cédant :

Il faut savoir que l’offre se fera sous forme de promesse d’achat et sera ensuite officialisé sous la forme d’un contrat de cession. Il y a en général 3 mois entre les deux s’il y a un besoin de prêt bancairer.

Nous vous conseillons vivement de passer par un professionnel (avocat ou notaire) pour cette partie et vous assurer :

  • De sécuriser le transfert des fonds
  • De rédiger un contrat solide qui vous permettra de vous retourner contre le cédant s’il y a un vice caché ou tout autre problème
  • De bien gérer les déclarations administratives et fiscales (enregistrement du transfert du fonds de commerce ou des titres)

La passation : clef de voute pour réussir la reprise d’un site

Si vous en êtes là, c’est que tout est signé ! Prenez le temps d’écouter l’entrepreneur qui cède. Il ne pourra pas forcément vous aider pour savoir comment développer l’entreprise, par contre il est certain qu’il ou elle a déjà fait bon nombre d’erreurs. Posez la question pour ne pas les commettre une seconde fois !

Enfin, ne soyez pas trop pressé. Bon nombre de reprises échouent parce que le repreneur, trop pressé a voulu tout changer beaucoup trop vite. Faites attention !! Prenez le temps de comprendre l’entreprise, son fonctionnement. Il ne faut pas presser les choses.

Si l’entreprise est assez grosse, on parlera de plan à 100 jours pour réussir sa reprise. La BPI propose d’ailleurs aux repreneurs de PME et ETI un accompagnement « le pass repreneurs » lors de ces fameux premiers 100 jours !

Conclusion

Vous avez désormais toutes les clefs pour commencer votre projet de reprise.

Déjà Prêt ?

Chercher un site à reprendre

expert vente de site internet
Crédits photos :
AbsolutVision
Découvrez nos derniers articles

Besoin de renseignements ?

Vous pouvez nous contacter au 06 98 49 74 79, ou entrer votre nom et numéro ci-dessous pour qu'on vous rappelle :